Élu avec la faible légitimité politique d’un premier tour qui a rassemblé péniblement 14 % du corps électoral sur son programme, Emmanuel Macron n’a de cesse de nous assurer que tout ce qu’il nous faut sacrifier nous reviendra grâce au ruissellement de la richesse retrouvée que bientôt nous partagerions.

La bonne blague … à laquelle plus grand monde ne croit d’ailleurs à en juger par le sondage du JDD réalisé par l’IFOP et publié ce 28 octobre : 84 % des Français pensent que Macron n’améliorera pas leur pouvoir d’achat.

72 % des Français estiment que leur pouvoir d’achat a plutôt diminué depuis la dernière élection présidentielle, en mai 2017.

Et comme « nul n’est prophète en son pays », un sympathisant En marche sur deux a vu baisser son pouvoir d’achat.

Emmanuel Macron continue de trimballer son image de « président des riches » qui lui va comme un gant.

Macron n’a cessé de favoriser ceux qui détiennent la fortune et les plus grandes entreprises.

Le sentiment des Français est aussi étayé par des chiffres économiques qui ne sont toujours pas au rendez-vous.

Pour le deuxième trimestre consécutif, le chômage augmente. Les chiffres de Pôle emploi s’expliquent par une stagnation de la croissance qui elle-même provoque une diminution des créations d’emplois cette année.

La croissance a plafonné durant le premier semestre à 0,2 % et cette année, l’INSEE prévoit 129 000 créations nettes d’emplois, contre 342 000 en 2017.

Et début octobre l’Institut a abaissé ses prévisions de croissance à 1,6 %. Résultat, le nombre de demandeurs d’emploi a de nouveau augmenté au 3ème trimestre (+0,4 %) et la précarité progresse.

Si le nombre de chômeurs de catégorie A (demandeurs d’emploi sans activité dans le mois et tenus de chercher un travail) est en baisse de 1 %, en revanche les cumuls des chiffres des catégories A, B, C montrent une nette augmentation du nombre de demandeurs d’emploi de 0,7 % sur un an.

Cette hausse s’explique par la progression depuis 2008 du nombre de contrats courts (CDD, intérim…).

Là non plus sur le front de l’emploi, les indicateurs ne sont toujours pas passés au vert en dépit de la sécurisation des licenciements, de la cure d’amaigrissement des droits du travail individuels ou collectifs.

Le nez sur ces résultats, Emmanuel Macron se contente de dire qu’il entend la colère des Français… mais il ne compte pas changer d’un iota.

Il faut donc s’attendre à ce que rien ne ruisselle ni maintenant, ni plus tard. Et avec la perspective attendue de l’éclatement de nouvelles bulles financières, on peut hélas redouter que la prochaine crise sera d’autant plus dure qu’Emmanuel Macron se sera employé à détricoter tous les filets de sécurité.

 

Source : Mediapart

Continuer votre lecture

Suivant ➜

Commentaires

commentaires